Il s'appelle Quolibet....

Quolibet est un joli poney welsh, à l'histoire peu banale, c'est pourquoi j'ai tenu à la raconter ici.

C'était il y a 20 ans...

J'étais encore une petite fille quand on m'a offert Quolibet. Jeune cavalière presque débutante, je devais ainsi partager mon quotidien avec ce fougueux et intrépide poney qui était à l'état sauvage... caractériel, peureux de tout, incontrôlable par qui que ce soit, mais cependant magnifique et doué d'un énorme potentiel pour la compétition.

Cela a pris trois ans... Trois années de galères, de déceptions, de chutes à répétition, de colères monumentales, de découragement profond; mais aussi d'acharnement, de persévérance, de patience, de témérité, d'amour. Cela a pris trois ans avant que lui et moi, nous fomions ensemble un excellent couple, redouté de tous nos concurrents en concours complet. Pendant ces trois années, nous avons appris à nous connaître, à nous apprivoiser, à nous comprendre. Par-dessus tout, nous avons tissé des liens d'amour, de confiance réciproque.

Ainsi avons-nous connu, pendant trois années, les joies et les peines que peuvent apporter la compétition. Nous avons gravi les sommets, des podiums nationaux à la compétition Outre-Manche. Mais nous ne partagions pas que ces succès: il y avait aussi les grandes balades en forêt, les longues chevauchées dans la vallée, les jeux dans les prés enneigés, les moments privilégiés au boxe.

Mais ce bonheur qui était le nôtre ne devait pas s'éterniser. En effet, la roue tourne et, par la force des choses, on nous a séparés. Quolibet avait fait de moi une championne, j'avais fait de lui un champion. Il est donc parti pour permettre à un autre de devenir champion, me laissant dans le désarroi le plus total. Oh, il ne s'agissait plus de mon avenir équestre, mais d'un réel équilibre de vie, comme si l'on m'avait arraché un membre de ma famille à tout jamais...

Ce que personne n'a pris en compte, c'est que la magie opérait pour le couple que nous formions; elle a cessé d'opérer dès lors que nous fûmes séparés.

Pendant ces quelques années, j'ai terriblement souffert de cette absence. Aussi, j'étais très déterminée dans mon premier grand projet: refaire l'acquisition de Quolibet, le garder auprès de moi pour toujours. Aussitôt dit, aussitôt fait... enfin, avec toute la motivation qui m'animait, j'ai réussi, en ne ménageant ni mon énergie ni mon temps, à récupérer cet être si cher à mes yeux, à mon coeur.

A ma majorité, j'ai racheté Quolibet. Il m'a toujours suivie depuis, même s'il n'est plus ma monture: il est bien plus que ça! Il fait désormais la joie des petits, comme s'il voulait se racheter de nos débuts... il me répond à la voix, au clin d'oeil parfois! Du haut de ses 26 ans, c'est désormais le plus brave des destriers pour petits cavaliers.

Une belle histoire d'amour, non?

Commentaires (1)

1. Fiona 03/07/2011

TROP Belle histoire je pensse qui doit te manquer BCP moi aussi j'ai un animal qui est ... enfin bref trop chou ton histoire

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site